16/05/2007

Les aventures de la France : La France a PEUR

           

Hou ! Hou ! Fais-moi peur

 

En démocratie occidentale propre sur elle, et quoi que l’on puisse en dire, on a presque tous sécurité physique et gamelle abondante assurées (1) Santé, rues et assiettes sous haute surveillance, on se retrouve, c’est le tarif d’usage, dans un monde excitant comme celui d’une gazelle en cage sous le contrôle d’un vétérinaire, d’un diététicien et d’un psy en peluche.

            Dans ces démocraties « Luna Park » qui s’emmerdent à cent sous de l’heure, on aime donc fort logiquement jouer à se mettre le trouillomètre à zéro d’autant que cela peut rapporter gros.

            Un paquet de malins ont entravé la coupure.

            T’as d’abord les VRP du genre qui annoncent loyalement la couleur : Les films « Gore » et « D’action », les « Blockbusters », comme aiment à dire les cons, (2), les exploitants de sports « Extrême » effectivement extrêmement cons, « Space mountain », Stephen King qui a oublié d’en être un etc.

            Tu vois le genre ?

            Dans un autre plus vicelard mais pas plus subtil, t’as encore plus futé : Les torgadus pas dupes qui tentent TOUS LES JOURS de te faire accroire qu’il te faut avoir les flubes POUR DE VRAI parce qu’ils ont une bonne raison à cela : Ca les fait croûter et pas que des nouilles, je te prie.

J’appelle maintenant à la barre LE Petit malin et son Karcher présidentiel, TF1 et sa liste interminable (Inter « Minables » ? ) de HYPER TOP DANGEREUX ( C’est en somme d’être en vie qui serait dangereux ), Paris Match en mention « spécial » du jury, Le « Bog » de l’an 2000, le radon radio actif qui irradie les irradieux, le téléphone portable qui met en rideau les urgences hospitalières et l’Airbus pour y arriver, l’Alzheimer par contact bucco-génital, les antennes porteuse « D’onde », la qualité de l’eau qui n’est plus ce qu’elle était à Kronembourg, les écolos qui nous pompent l’air au prétexte de préserver celui de nos enfants, le sport qui tue, le chroniqueur « Santé » qui annonce d’une voix pénétrée que nous pourrions débouler dans le GRAVE si nous ne changeons pas fissa de dentifrice en répétant le communiqué de presse alarmiste rédigé par le ponte médical vendu à un laboratoire pharmaceutique, d’une manière plus générale la cohorte qui répète à propos n’importe quelle connerie alarmiste par paresse, lâcheté et/ou conformisme avec l’approbation bienveillante des « Chefs » aux prétextes que c’est supposé « Vendeur » et qu’on reste poli avec les annonceurs, …

J’en passe et de plus coagulants.

Un dernier pour faire marrer les oiseaux.

Récemment, j’entendais Pujadas rapporter comme un bourricot rapporte son bât, en pensant à sa petite carotte, l’effroyable détresse des oiseaux sous Prozac pour cause de printemps trop doux tandis que sur la pelouse qui jouxte mes fenêtres, un enchantement de merles, pies, pigeons, moineaux, tourterelles et autres casses-plumes vaquaient peinards à leurs occupations sous un soleil couchant radieux en prêtant un bec distrait aux propos du peigne cul mais pas le sien, de grâce, il le porte sur la tête.

Tout à l’heure, dans le poste, le vieux Président est parti.

Il y avait dans l’ultime poignée de main des deux hommes aux marches de la voiture le chagrin du vieux de voir le jeune être jeune et la complicité mélancolique entre le père et le fils qui acceptent le destin dégueu pour que vive l’idée jusqu’à que le fils, un jour, à son tour... C’était joli, je crois.

 Enfin, m’a-t-il semblé mais je suis peut être sous influence Villepin ou Lamartine ? Je ne sais jamais : Les deux m’emmerdent …

Dis donc au fait, pas un ancien ministre, pas une figure de la gauche dans le cadre. J’ai l’impression que le Petit a déjà commencé à bien les baiser en les privant de sangria en attendant les législatives.

A ce stade, plusieurs lectrices haletantes se demandent en ôtant leur culotte comment l’artiste va-t-il s’y prendre pour réunir le Président, les médias, la peur, les blockbusters, les gazelles et autres conneries ci-dessus énumérées en un de ces tourbillonnants salmigondis dont il a l’éreintant ( A le lire ) secret ?

Et bien voilou :

Rappelons en ce jour « Historique » aux plus défaillants une antienne présidentielle qui ne fait pas jaser qu’Harry Connick jr au moins depuis que Bernadette a fini de s’extraire de ses guêpières en vinyle : Le président Chirac, du temps de la mairie de Paris et sans doute pas que de ce temps-là d’ailleurs, a trempé le bec du RPR dans le ciment frais à tour de bâtiments scolaires et autres fantaisies militaires en toute connaissance de cause à effet, espère !

Même la presse la plus ramolote de téléscripteurs  s’écroule avec mesure juridique de rire devant les dénégations outrées de l’intéressé lorsqu’il trouvait « Abracadabrantesque » la cassette du défunt Méry de mairie ou la cassette garnie de « La Casseta »

Donc le juge Halfen ta-ta-ti ta-ta-ta … On connaît la chanson.

Il n’en demeure pas moins que la France joue à « Président perché » depuis des années en faisant gravement semblant pour de rire de se demander sans s’exploser s’il se trouvera UN juriste assez perforé du ticket ( Admettons ) pour inculper le vieux sitôt l’immunité levée et s’il se trouvera AUSSI concomitamment assez d’autres frapadingues au sein des corps constitués réputés riches en jobastres de tout entonnoir pour laisser envoyer un ancien Président de la République française avec chiée de majuscules en cabane comme le premier Tapie venu ?

Z’imaginez le tableau international ? On prête déjà plus à rire qu’à 30% , mais là ! Et puis oooôôôôôôOOOOh ! C’est pas le Colorado, ici !

Ah ! Vous voyez bien, quand vous voulez gamberger …

Et ben n’empêche !

Le départ programmé du sympatoche pépère voyou est une aubaine à nouveaux frissons rince culottes. Le fantasme était un peu débandant depuis que le conseil constitutionnel avait justement fort à propos fait valoir que notre constitution interdit de saisir un vieux sourdingue dans l’exercice du réglage de son bastringue. Mais là, naturellement, la justice suit son cours, le nouveau Président a bien donné des directives et garanties pour que l’on n’alpaguât pas le vieux comme un malpropre mais cependant …

Oh ! Putain ! Tu crois "Qu'ils" vont te le gauler à la sortie de l’Elysée comme Rachid à celle de Carrefour « Rosny » ?

Oh, OH, OH !!! …

Ami, entends-tu le chant noir des blaireaux qui te prennent pour une bille pendant que tu chômes et payes tes poireaux à un prix qui te dilue la moutarde dans la vinaigrette ?

Non ?

Ben, t’es sourd aussi et TOI, t’as intérêt à faire attention en traversant juste bien dans les clous.

 

Pépère.

 

(1)   Pas tous, TOUS, je sais ! Me gonfle pas, mère Térésa.

 

(2)   Ne t’y trompe pas, camarade : les signes du con, innombrables, sont sur nous et c’est la VRAIE malédiction. Celui-ci en est un, à n’en pas douter. C’est cui qui dit « Blockbuster » et « Bancabeûle » qui y est.

17:32 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

15/05/2007

Les aventures de la France : Patrick Devedjian

Patrick Devedjian

 

 

            La politique, c’est tellement chiant, parfois ! (1)

            Pour ne pas en être réduit à tomber dans la litanie spéculative de lieux communs en attendant les « 15 », si nous parlions aujourd’hui de tout autre chose que de politique, comme par exemple de Patrick Devedjian ?

            On pourrait  dire du mal, ce serait sympa …

            Ca commence de traviole parce que j’adore les Arméniens. Je considère personnellement Charles Aznavour comme un chanteur supérieur à Pascal Obispo et j’ai eu pratiqué très chaleureusement Dédé Manoukian (2) Je précise pourtant que seul le monsieur en possession des photos ou je me fais sodomiser par Tatane, notre Rotweiller me fait chanter. J’ai même eu quelques habitudes naguère aux « Diamantaires », un gastos arménien cossu des abords de la rue Cadet ( Paris 9 ) ou se retrouvaient d’élégants marchands de pierres levantins pour partager beureks et bamias en prenant du carat.

            Alors, pourquoi faire chier celui-là plutôt qu’un autre ?

            D’abord, Chombert ne l’aime pas. Chombert, pour les fans dévorés de curiosité, c’est mon Chonchon, avec majuscule, s’il vous plaît. Elle trouve qu’il a une gueule d’avocat (un peu ) et de faux cul ( beaucoup )

            Ah ! Ca va déjà mieux.

            Quand tu « googuélise » Devedjian, mais faut être vicieux comme c’est pas permis, tu découvres avec stupéfaction que sa mère était confiseuse. Sinon, « Occident » et Assas comme tout le monde mais soyons juste : Il a publiquement regretté depuis ses études de droit.

            Devedjian sourit une affreuse grimace et fait la tronche parce qu’il ne sera pas ministre et qu’il le sait : il connaît personnellement Nicolas Sarkozy.

            Ou alors, il croyait le connaître ?

            Ah ! Nous voilà dans le gras.

            Il ne surprend pas tant que ça, pour le moment encore en tous cas, le Petit Président. On ne l’a jamais soupçonné ici d’être maladroit. Opportuniste, calculateur, vaniteux, colérique avec les canines qui raclent le parquet, peut être, sans doute, mais « Maladroit », non.

            Il faudrait être d’encore plus mauvaise foi que moi pour ne pas piger qu’il ne peut ni ne VEUT désormais faire autrement qu’assumer ses propos de Président frais du jour, au moins pour le moment.

            D’abord, il y a le contre exemple pitoyable du grand Jacques ( Chichi ) qui, en son temps ( 2002 ) rata ( C’est pas de la soupe, c’est du … ) l’occase « historique » comme on dit. Et puis, la fonction créant l’organe, il y croit d’ailleurs peut être VRAIMENT, le Petit. Putain de MOI ! Je vais réconcilier tous les Français, arracher les « Quartiers » à leur condition de « Quartier », remplumer la Sécu et les retraites, transformer les ANPE en musées de la sueur … La foi, tu sais … Comme quand t’as un nouveau boulot, une nouvelle gonzesse, ton anniversaire, le nouvel an, un loto pharaonique qui pointe le bout de son bulletin … « Ca va pas changer le mon-on-de » chantait Joe Dassin. Ca change rien du tout. Enfin, pas grand-chose. Mais bon.

            Moi, je veux bien le rincer à kroum, le nouveau Président. Lui filer de l’ardoise et du crayon. J’ai horreur des idées arrêtées et ce pays à trop besoin d’AIR pour refuser la moindre capote gonflée. Ok, tu reçois les syndicats pour flatter la bête ( LES bêtes), tu invites des hommes de gauche et Bernard Kouchner, tu, tutute … Ok, ok …

On regarde. 

            Nous autres le peuple, on n’est pas chien. Moins que tes laquais en tous cas.

            Donc Devedjian pique sa crise et tente à la tribune de l’ULM  un humour qui incite à lui conseiller de s’orienter plutôt vers la chose publique que d’essayer de lever une gonzesse en la faisant marrer.

            Je sais : le saint Frusquin de la presse « Qui sait » me rétorquera que le Devedjian s’en est allé dire des conneries comme le bon toutou à son pépère répond à son nom « Patrick, Patrick ! » en remuant la queue et que sa vanne laborieuse sur l’ouverture vers des ministres « Sarkosiens » était en fait un contre-feu ( Un Hortefeu ? )  exécuté sur les recommandations de son maître qui s’inquiète préventivement des réactions perplexes de sa base ULM à l’idée de se retrouver à partager les nouilles avec des bolchevicks.

            J’y crois pas.

            Je crois que Devedjian est un ( Assez jeune ) vieux de la vieille, représentatif de ce que la chose publique trimballe de plus … Pas « Dégueulasse », non, pas « Infecte », non plus …

Devedjian trimballe ce qu’il y a de plus DECEVANT dans la politique. Ce qui nous en navre et nous inspire un soupir de compassion. Une belle intelligence sans doute, de la mécanique rodée aussi, du « vice » au meilleur sens du terme, des miettes d’une sincérité du temps ou gamin il croyait à des trucs discutables mais auxquels il croyait indiscutablement …

            Reste sous la façade conservée comme celle de ces immeubles qu’on réhabilite « Par derrière » une rage malfaisante et aigrie à tirer la couvrante comme une théâtreuse replâtrée de la pensée qui s’obstinerait à obtenir un ultime bijou et encore et encore à son amant victorieux mais lassé de ses anciennes cocottes.

            Oh ! Devedjian vaut bien la galaxie compulsive des vieux princes socialos qui grincent comme des girouettes à l’idée de devoir abdiquer une once d’un morceau de peu de chose et éjaculent du bonheur à la perspective d’achever à coups de lattes la fiancée du pirate.

            Patrick D vaut les crétins de « Verts » à juste titre laminés mais bougeant encore assez sous leur pierre tombale pour refuser un accord avec le P.S au nom de petites vanités de dessous de gazon.

            Patrick D vaut le vicomte ( c’est malin, ça ! .. ), les gars de la Marine etc., etc.

            La « Politique politicienne », comme on dit chez les gens qui causent « Corrèke »

            Nicolas, mon tout Petit, si tu veux VRAIMENT changer le rapport au machin et la relation au truc, tu serais avisé d’emporter cette forteresse là.

            Nous te souhaitons, SINCERE, bien du plaisir

 

            Pépère

 

(1)   Souvent même, lorsque l’on se trouve privé des pertinentes analyses teintées d’une ironie ciselée comme un truc vachement bien ciselé, mais là, je vois pas, du pépère, non ?

 

(2)   Salut André ! Putain ! Si ça fait « Popole » ! …

19:27 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/05/2007

Les aventures de la France : Faim de début

Faim du début

 

 

François Bayrou s’est récemment découvert une paire de couilles spectaculaire que l’électeur, même hétéro orthodoxe militant, contemple avec une infinie bienveillance. L’épouse du grand homme l’intitule d’ailleurs volontiers « François Biroute » et pas seulement pour cette raison-là mais je ne puis m’étendre davantage depuis que les gendarmes m’ont prié de ne plus faire le catéchisme aux petits garçons, Dieu leur pardonne leur aveuglement de képis.

 François Bayrou donc lance aujourd’hui le mouvement démocratique auquel je mettrais des majuscules quand on lui aura trouvé un blaze moins cafard, mais l’intention n’en demeure pas moins louable.

Il va sans dire mais je le dis quand même parce que ça m’étouffe que l’essentiel des députés UDF se taille à fond de culottes souillées sous prétextes divers sauf à admettre de sauver leur putain de mandat, je vous en prie, ne me faite pas rire, vous allez me filer le hoquet. Il y a chez l’élu UDF une tradition qui est à la loyauté parlementaire ce que l’équipage du « Bounty » (1)  fut à la marine anglaise, c'est-à-dire des salopes de cordes et des têtes de nœuds, sauf le respect sincère que je ne leur dois pas.

Ils n’auront en tout état de cause pas besoin de ma rancune pour le regretter après demain. We shall see, we shall see …

J’évoquais hier ici même l’impérieuse nécessité pour la gauche de se déterminer sans tarder en faveur d’accords de désistement avec le nouveau mouvement, mais entendez-moi : c’était un vœu pieux.

Il va sans dire que les tarlouzes (2) à la rose fanée du P.S. n’envisagent pas un instant un accord de cet ordre et qu’il nous faut nous défendre d’y compter dans les faits, et cela est d’ailleurs au fond TANT MIEUX pour la création de ce nouveau parti ( Mais hélas sévèrement tant pis pour l’avenir immédiat de la France )

Ces messieurs ( Et dames ? … Ma Ségo, mon trésor … Pas TOI ! ) sont accaparés par leurs très petites turpitudes de cour et la conviction (Là, ma chérie,  tu déconnes carrément A BLOC) que la présidentielle de 2012 n’est plus qu’une formalité pour les socialistes dont il convient de trouver l’heureux(se) propriétaire sans tarder, eût égard aux résultats encourageants de cette élection conjugués à l’usure inéluctable du nain mandaté.

Mitterrand 1981, c’est cons-là s’y voient déjà.

Pas croyable !

J’ai l’intuition au contraire, et je ne suis pas mauvais à ces jeux-là, que le parti socialiste, engoncé dans ces contradictions et les luttes intestines à chier ( Oui, bon … ) qui occupent à plein temps les Ségogoland, va continuer à se laisser ronger de l’intérieur par son panier de vieux crabes bien assez longtemps pour rater définitivement le tournant salutaire d’une social-démocratie au goût fruité du XXI ème siècle. Désormais obsolète comme un communisme sans son défilé de chars sur la place rouge, le P.S va crever doucettement en s’illusionnant de succès pièges à cons aux élections locales ou considérées par les Français comme mineures jusqu’à se découvrir un matin d’élection « Sérieuse » groupuscule sous la barre des 5% avec toujours le même wagon impeccable d’apparatchiks gâteux à se disputer les lambeaux de gras sur les os.

Comme les cocos, je te dis, que j’aime bien, pourtant, comme on aime les petites auberges cucul la praline de « Cuisine traditionnelle » avec la blanquette nazebroque mais qui prête au sourire indulgent quand se pointe l’assiette avec sa feuille de laitue en berne et sa rondelle de tomate dégoulinante dans un coin de l’assiette. Une sorte de sanglot étouffé mais délicieux que l’on serait évidemment en peine de retrouver à la table d’Anne-Sophie Pic, une pourtant bien talentueuse jeune dame qui m’invite quand elle veut.

Exit, le P.S, donc, fantaisie de branleurs d’un autre siècle. T’embrasseras Louis Blanc pour moi.

Mouvement démocratique donc.

Banco, François. Envoie la purée, mon garçon !

On est tout petit, petit, c’est entendu mais t’inquiètes, mon loup : On est motivé, motivé, je te dis que ça.

On va devenir ENORME. Et sans y perdre notre âme, espère ! …

Ma douce qui, à l’âge qu’elle a que je ne te dirai pas, tu te crois où, toi, ma douce qui n’a jamais fait de politique depuis que son père à rendu son tatouage de la waffen SS, ma douce est remontée comme une pendule.

Un mouvement qui se branlerait de la droite comme de la gauche, des vieux clivages, des tromblons et des vieux cons …

On l’attend… Pfff !

Les mots manquent.

 

(1)   Pour les jeunes et les autres cons, il ne s’agit pas d’engloutir des barres chocolat/coco en équipe. Imbéciles ! C’était un bateau.

 

(2)   Une bonne fois à l’intention des mal comprenant : « Tarlouze » doit s’entendre ici comme une insulte sciemment blessante à l’égard des ramollos du bulbe quelles que fussent leurs préférences sexuelles, et non comme une attaque indigne à l’égard des tapettes et des enculés, auxquels je voue le plus grand respect, je le jure sur mes fesses.

17:20 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2007

Les aventures de la France : j'ai 2 François ...

François et François feront la paire

Ou

Finiront en chaussettes

 

 

            Les élections de dimanche sont à peine bâchées que déjà le mironton socialo le plus rance pointe au fond des gamelles. Comme il est d’usage depuis les premières quenottes de Jaurès, on souligne à plaisir une campagne « Pas assez à gauche », les vraies valeurs de mes couilles etc. qu’on se hâte d’opposer avec une fausse naïveté « Aux vraies valeurs de la droite » ( Et de l’extrême droite ) assumées sans complexe par le Petit Nicolas avec le succès que nous savons aux extraits d’amande de Malte.

            Ce serait oublié un peu vite qu’il y a désormais un boulevard entre les sympathiques aspirations traditionnelles de la gauche ( En gros, des joujoux pour TOUS les ‘tits enfants ! ) que nous sommes une chiée à partager ( même Sarko, si tu remarques … T’en connais beaucoup qui soit CONTRE un salaire décent pour tout le monde ! ? ) et la réalité électorale qui ne nous incite guère à partager les élucubrations économiques d’une gauche larguée GRAVE de GRAVE et qui d’ailleurs, comme TOUS les politiques, n’a plus depuis lulure les moyens d’imposer ses vues à la puissance économique nationale et mondiale qui s’en balance, des vœux pieux, et à juste titre, encore, je te dis que ça …

            Est-il besoin de rappeler que la finalité d’une entreprise N’EST PAS de créer ( ou de protéger ) des emplois, aujourd’hui moins que jamais, eut égard à la prodigieuse automatisation des moyens et l’ouverture grandement facilitée du marché mondial pour les produits qui ne nécessitent désormais même plus de consommation intérieure pour se montrer performants ?

            Ce serait oublié aussi qu’une partie non négligeable des plus défavorisés a reporté ses lambeaux d’espoir sur l’extrême droite ( Demande à Marie George Buffet ! )  et plus récemment sur Le Petit Président, auquel nous nous déclarons d’ailleurs ici prêt à donner quitus d’un redressement économique spectaculaire attendu s’il a les couilles de le mener à bien ET la volonté d’en faire retomber les fruits sur TOUS les gens de ce pays.

            Ce serait oublié encore que sans Margaret Thatcher ( l’assassin de Bobby Sands, je n’ai rien oublié ), pas de miracle économique anglais dont Tony Blair et son sourire 100% pur cheese ( Cheddar ) a su largement tirer parti ( travailliste, of course ! )

            Nous voulons l’efficacité d’une Maggie SANS le protocole compassionnel d’un Augusto Pinochet et comptons pour se faire sur UNE NOUVELLE DONNE POLITIQUE, constructive et intelligente.

            Monsieur Strauss-Kahn, qui m’êtes a priori plutôt sympathique ( Je voulais déjà coucher avec Anne Sinclair quand elle était encore sous la houlette Yvan Levaï ; Ca n’a pas pu se faire : elle voulait pas ), épargnez-moi vos conneries de soir de défaite avec étalage de votre satisfaction matoise déguisée en sainte colère pour vous présenter comme le recours providentiel à notre cheftaine en chef du Poitou, histoire d’avaler la pilule de votre rancoeur recuite de vous êtes fait aplatir aux « primaires » de votre gang.

            Monsieur Fabius, à l’instar de votre alter ego de droite, le très vénérable Valérie Giscard d’Estaing, vous êtes désormais une ( respectable ) antiquité ( Bonjour papa ! ), et puisque vous tenez tant à vous démarquer, allez, c’est dit : Vous ne serez JAMAIS président, le temps venant à vous manquer.

            Monsieur Hollande, il est temps de changer de régime, et je ne dis pas ça QUE pour vous : Vous êtes un homme de Gouda.

            Enfin Ségolène, ma chérie, mon amour, je t’exhorte à NE PAS DECONNER comme la cohorte de tromblons 100% congrès d’Epinay ( 1971 … Purée de nous ! ) t’y invite à chaque instant depuis dimanche et à NE PAS BIDOUILLER des entrevues sous la table ( Oh ! … ) avec le Mouvement Démocrate en vue de rattraper vos conneries respectives qui ne le seront plus, rattrapables,  entre les deux tours des législatives, comme vous venez, les deux François et toi, de nous en faire la pitoyable démonstration à l’occasion de ces présidentielles.

            Ségo, ma poule, tu es une femme, donc raisonnable, il faut m’asseoir SANS TARDER ces deux garçons ( François H et François B ) autour d’une table et convenir de tous les accords conduisant à une victoire législative Bipartite ( un mot qui me laisse perplexe… Bon, laisse tomber ! )

            Il ne s’agira alors nullement de « Contrer » le Petit, mais au contraire d’aller dans son sens en faisant valoir LES points de vues d’une opposition constructive que Nicoco a appelée de ses vœux ( Mais qu’il serait peut être emmerdé de se farcir dans les gencives : C’est une autre histoire dont il lui faudra s’arranger… ) 

            Nous voulons la multipolarité de la pensée politique dans toute la subtilité de ses nuances.

            Nous voulons voir reconnu par TOUS, amis ou adversaires, le mérite des idées et des actes judicieux d’où qu’ils viennent et en TEMPS REELS sans branlette, ni laborieuses palabres.

Nous voulons le débat d’idées ET l’action concertée.

            Nous voulons la contradiction, l’honnêteté intellectuelle et même la pilule dure à avaler quand le besoin s’en fait sentir mais LOYALEMENT partagée.

            Nous voulons une Europe forte et qui nous PROTEGE des vicissitudes d’un monde tagada tsoin tsoin etc.

            Nous voulons une France respectée ET respectable

            Nous voulons la douceur de vivre, la gentillesse et les « Bisounours »

            Nous voulons du boulot et l’envie de nous y rendre.

            Nous voulons du gazon et des villes ou se perdrent

            Nous voulons des bagnoles «  Putain ! Trop belle ! » et que ça sente bon

            Nous voulons la santé et l’assurance maladie

            Nous voulons de l’ordre et du joyeux bordel

Nous voulons que le politique et l’électeur se retrouvent enfin

            Et à titre personnel, j’aimerais bien une douce qui me caresse le visage dans l’ombre zébrée d’un volet  mi-clos aux langueurs de juillet et qui adore néanmoins faire le ménage en cuissardes et porte-jarretelles, mais si c’est pas possible pour les caresses, tant pis je m’arrangerai.

 

            Pépère

18:41 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les aventures de la France : En bateau svp !

La France menée en bateau

 

Vincent et Nicolas sont en bateau. Les français tombent à l’eau. Qu’est-ce qu’il reste ?

Je vous en prie ! un peu de tenue.

 

Sitôt Président, notre ancien poulet à la broche  number ONE est grimpé aussi sec sur La Paloma ( La colombe ), un esquif appartenant à Vincent Bolloré qui, comme tout les bretons, aime à se rendre à Lorient pécher le Hareng et à Malte pécher le perdreau de l’année.

Je n’y vois pour ma part aucune malice.

Le chanteur québécois Robert Charlebois qui est un homme de bon sens en dépit d’un nez surprenant, faisait valoir il y a déjà longtemps que « Et pourquoi les riches auraient pas le droit de s’amuser ? »

Riche moi-même et fils de riche, je me serais suffisamment insurgé au cours d’une existence passée à retenir des numéros de comptes à Zurich contre le mauvais procès fait aux riches pour lesquels jamais, à l’exception notoire de l’inestimable série « Palace » produite par Christian Fechner sur une idée de Jean-Michel Ribes qui est un homme admirable, jamais disais-je personne n’éprouve la moindre compassion.

J’aurais attendu en vain au pied des tours d’enceintes le « Concert for the rich people » durant toute ma jeunesse échevelée, ce qui rend sourd aux plaintes du tiers et du quart monde, je le signale aux lecteurs qui ont les mains dans leurs poches et ont besoin d’un prétexte.

Aujourd’hui encore, que n’aurais-je entendu de jérémiades plouto-socialisantes sur les sois disants excès de quelques entrepreneurs stock-optionnés jusqu’aux amygdales ou de talentueux chanteurs pourtant déjà complètement belges bien avant d’être préséniles que ces charognards n’ont même pas la décence de laisser confire en paix sur leur rocher monégasque alors que ces pourfendeurs approximatifs et zoophiles sont pourtant les premiers à accorder leurs larmoyantes attentions aux autres singes du rocher de Gibraltar. Comme si la valeur d’un rocher se mesurait en carats ailleurs que chez Harri’s Winston ! (1) Passons les cacahuètes, s’il vous plaît.

Bon. Qu’est-ce que je disais, moi ?

Ah ! Oui ! Le Petit Président

Foutez-lui la paix !!!

Il a ramé comme peu de galériens pour en arriver là et n’est Dieu merci pas homme à se laisser emmerder par la horde des petits salariés. Deux jours de vacances loin de la vermine qu’il va falloir se fader pendant cinq ans : mettez-vous un instant à sa place

Je sais.

J’en connais d’aucun, même du meilleur milieu, le mien, qui ont durant ce 8 mai formulés des réserves sur le nouveau Président et ses manières de parvenu. A ceux-là je ferais valoir qu’ils eussent mieux fait d’avoir une pensée pour les français morts pour que ce jour soit chômé et laisse ainsi le loisir de gamberger au lieu de se rendre utile.

Et puis et surtout, ce serait oblitéré le mérite d’un Président qui offre ainsi au contraire à notre adoration ses vraies manières de pauvre, avec ce sympathique élan qui le pousse un éclair au chocolat écrasé dans une main et un Ispahan ( de Pierre Hermé cela va de soi(e)… ) dans l’autre à laisser exploser sa joie naïve et touchante sitôt arrivé dans la pâtisserie.

Je suis de bonne humeur, ce matin.

Je SENS qu’on va se goinfrer.

 

Pépère

 

(1)               A l’intention des pauvres cons de lecteurs les plus défavorisés : Illustre joaillier new-yorkais notamment évoqué dans une chanson interprétée par mademoiselle Marilyn Monroe et qui fait à peu près : « Diamonds ! Diamonds ! ta-ta-ta-ti-ti-ta-ta ! … »

10:10 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/05/2007

Les aventures de la France : EXCLUSIF

Demander le pogrom

 

            La rédaction de « Pépère viou » en cheville avec un cordonnier de Neuilly sur Seine  dont nous tairons le nom afin d’épargner à sa famille une identification de corps toujours pénible, est parvenu à insérer du matos électronique dans l’une des talonnettes du Petit Président.

            C’est la raison pour laquelle nous sommes en mesure avant tous nos camarades de Reuter et de l’AFP de révéler la teneur du projet de gouvernement du Phare de Budapest, notre vénéré Président que j’aime plus que tout au monde.

            Nul n’ignore en effet que le Petit entend faire retraite jusqu’à ce que le « grand » (Jacques) veuille bien décaniller ( Le 16 mai. Le 17, c’est mon anniversaire. Aucune relation de cause à effet, semble-t-il ) On se perd d’ailleurs en conjonctures sur le lieu de cette retraite, chez les Trappistes de Sully-sur-loire selon François Fillon qui aime bien lécher, ou peut être chez « Shigula Ziegried, massage relaxation énergisant » selon  Jean Louis Borlo qui préfère écluser. Il semble cependant aux dernières nouvelles que ce serait en définitive la Corse qui aurait été retenue pour préparer la remise de la France au travail.

            Quoiqu’il soit, voici sous toutes réserves les éléments auxquels le Petit va s’atteler en priorité pour nous en faire la surprise dès qu’il aura fini.

            Concernant la composition du nouveau gouvernement, limité comme chacun sait à QUINZE membres sur les conseils de son ami Bernard Laporte qui trouve que c’est un bon chiffre pour une équipe, Nicolas hésite encore entre François Fillon, père de la formule illustre « Plus il y a d’impôts et moins il y a d’emplois » ( « A vous de juger » 27/04/06 ) et quelqu’un d’un peu moins chiant. Le choix du prince pourrait alors se porter sur la personnalité beaucoup plus controversée de Rafik ben Aziz, de la cité du Val Fleuri à Mantes la Jolie, dont la carrière d’entrepreneur en véhicules d’occasions, stéréos, téléviseurs, ordinateurs, téléphones portables haut de gamme a déjà à maintes reprises retenu l’attention de plusieurs collaborateurs indirects de l’ancien ministre de l’intérieur.

            Toujours dans le même souci d’ouverture, le choix d’un ministre des affaires étrangères pourrait s’orienter vers un autre métèque tandis que le Président hésite encore à confier à madame Alliot-Marie son cher « Intérieur » ou des ménages. Jean Louis Borlo prendrait en charge le très important Ministère de l’agriculture, amputé de son secteur viticole afin, pour citer les mots du Petit Président de permettre à son ministre de « Conduire les affaires sans risquer de se faire sucrer son permis » Concernant le cas Brice Hortefeux, rien ne semble tranché à l’heure ou nous rédigeons. Il semble en effet que le Petit Président hésite à confier un poste en vue à un collaborateur affublé d’un blaze pareil. « Je lui aurai volontiers filé les affaires sociales, à ce con-là, aurait déclaré le Président, mais je vois venir d’ici les manifestants meuglant « Allumez l’Hortefeux ! » J’ai déjà suffisamment d’emmerdes comme ça avec Johnny Hallyday que je vais avoir toutes les difficultés à imposer comme ministre de la culture, à moins d’installer le Ministère au musée océanographique de Monaco et de refourguer un Louvres d’Abou Dabit en chocolat aux Belges ? » Claude Guéant devrait en tous cas incessamment se voir élevé à la dignité de « Meilleur d’entre nous » pour emmerder Alain Juppé. Le ministère de l’Economie et des finances reviendrait légitimement dans ce contexte à celui qui a le plus besoin de sous. Enfin Christian Estrosi se verrait confié des crayons de couleurs et du papier.

            « Remettre la France au travail » tel sera en tous cas le credo de cette nouvelle équipe réduite. A commencer par les victimes des délocalisations qui devraient dès la rentrée de septembre disposés de charters prioritaires pour regagner au plus vite leurs unités de production suivant en cela la nouvelle campagne de communication de l’ANPE dont nous sommes en mesure de vous révéler la « Base line » :

Le travail, c’est ou y’en a !

Mais l’effort national dans le domaine du turbin devrait rapidement s’élargir à tous les chômeurs qui devront désormais se présenter tous les matins de bonne heure à leur officier recruteur de l’ANPE afin de livrer au quotidien des explications claires sur la raison pour laquelle il chôme depuis hier. Cette mesure révolutionnaire devrait rapidement ramener la durée du temps de chômage à MOINS de 24 heures suivant les statistiques déjà en cours d’établissement à la demande du Ministère du taf.

Les salariés disposant d’un emploi seront  pour leur part invités à faire des heures supplémentaires exonérées de travail si la conjoncture ne se révèle pas favorable, après négociations engagées branche par branche avec les syndicats.

La fonction publique en ce qui la concerne devrait être rapidement astreinte à un service minimum en cas de grèves que la Poste, l’ANPE et Air France se verront tenus de respecter même en l’absence de tous mouvements sociaux.

Le « Bouclier fiscal » ramené à 50% au maximum demeure une préoccupation majeure de Nicolas Sarkozy, et une des miennes aussi car je ne trouve pas de vanne. Par ailleurs la limitation des droits de succession devrait permettre à ceux qui n’héritent de rien de payer encore moins de droits que ceux qui héritent de quelque chose, ce qu’il faudrait être d’un bien mauvais esprit pour ne pas considérer comme un progrès social de la mort.

Sur le plan économique, des mesures draconiennes devraient être prises dans le courrant de l’été, imposant notamment aux grandes entreprises nationales l’interdiction formelle de verser désormais  plus de soixante millions d’Euros à l’un de ses dirigeants  qui se casse pour incompétence notoire, tandis que les économies ainsi réalisées seraient consacrées au développement de trente trois millions de PME à charge pour elle d’engager chacune UN employé exonéré de tout sauf d’avoir l’air occupé.

Empruntant les recettes du système américain qui a fait ses preuves, les enfants encore au foyer seront tenus de tondre le gazon ou la moquette et de laver la voiture ou le métro, suivant en cela un programme fondé sur le respect scrupuleux des habitudes sociales de chacun. Les mères de famille et en particulier les feignasses de moins de cinq enfants pourront disposer de leurs nuits pour garder des parkings sans préjudice de tricoter des bons pulls chauds à nos militaires.

Notre Président que j’adore, sincèrement, à ce point, j’aurais pas cru, mais bon, ça se commande pas, notre Président réfléchit en effet à l’opportunité d’engager un conflit mineur avec des bougnoules suffisamment susceptibles, en leur offrant au besoin François Bayrou en otage afin de justifier d’y envoyer un contingent issu pour partie des « Quartiers » et pour partie de la « Star Academy »

« Il est temps de renouer avec notre patrimoine » se prépare à déclarer à cette occasion notre Président. « Depuis que le monde est monde et que les affaires sont les affaires, il a toujours été de tradition d’envoyer se faire hacher les petits branleurs pour leur mettre du plomb dans la tête ou dans un autre organe. Mon excellent ami texan Georges Bush a été dans ce domaine d’un précieux conseil. Il m’a fait notamment valoir que pendant ce temps, les vieux asociaux pouvaient en profiter pour apprendre un métier sur les chaînes de montage des portes avions nucléaires qui sont présentement au nombre de quatre, essayez pas de me baiser sur les portes avions. Je veux liquider l’héritage de mai 68 et en finir avec les tarlouzes et la psychanalyse. La guerre, c’est du travail pour tous ceux qui n’en ont pas, non seulement en métropole, mais aussi comme un réservoir d’emplois inestimables pour nos amis nègres auxquels la France offre là une occasion en or de se faire enterrer dans la dignité au pays au lieu d’immigrer pour venir toucher des allocs ici en se faisant traiter de bons à rien par des assistantes sociales en mini jupes.

Comme indiqué tout au long de la campagne, notre vénéré Petit Président entend à cet égard procéder sans tarder à la création de son fameux « Ministère de l’identité nationale » ou tous les noms à consonance zarbi à l’exclusion naturellement de ceux en « Zy », protégés par l’immunité présidentielle, seront tenus de venir un peu s’expliquer sur ce qu’ils foutent ici et c’est valable pour les « Veil », parfaitement, madame, sans blague, elle se croit où, elle ! ?

            La sécurité des Français reste évidemment une préoccupation majeure d’un homme  qui connaît bien les dossiers. Il entend fort à propos réaliser des progrès décisifs dans ce domaine sensible suivant un calendrier qui reste à établir en concertation avec la police et les délinquants, en mettant en application une ou plusieurs des décisions prisent ces cinq dernières années tandis qu’il occupait le poste de ministre de l’intérieur.

            Rappelons que les multirécidivistes seront astreint à une peine « Plancher » et que les socialos dégoulinants ne viennent pas me répondre que les délinquants n’en ont rien à cirer, des peines « Planchers » Par ailleurs, les chochoteries relatives aux petits voyous seront drastiquement réduites et les jeunes délinquants qui font caca dans leurs culottes se verront dotés d’un bracelet de surveillance à la maternité dès l’âge de tout de suite.

            Concernant le « Domaine réservé » du président, les affaires étrangères, Nicolas a d’ors et déjà fait savoir à ses plus proches collaborateurs qu’il entendait prendre l’avion, et souvent et pas, suivant un propos révélé par le « Canard » de mercredi en huit que « Dans des pays de Niakoués ou des patelins où on se les gèlent, et me faite pas chier avec Poutine, t’as idée de ce que les Français en ont à branler, de la Tchétchénie et du Darfour ? »

            Pour l’Europe et comme indiqué dans son premier discours « officiel » de dimanche dernier, ce sera comme on t’a dit, ça commence à suffire maintenant, c’est fini, la rigolade. 

            En matière d’écologie, le président entend en priorité mettre au pas les Américains, ce qui ne devrait pas poser de problèmes particuliers, tout en poursuivant son effort en vue de nous inciter à consommer mieux en emballant nos commissions dans les vieux exemplaires du « Nouvel observateur » désormais interdit sauf chez les dentistes en carte du parti socialiste.

            On voit à ce programme intense que le bruit suivant lequel « Le soleil ondulé des Carpates » était parti niquer Rachida Dati, sa porte « Quoi ? », au fait, était dénué de fondement et le fait en réalité de langues de putes de l’ancien régime dont nous tairons le nom pour ne pas faire de tord à Dominique de V. qui se prépare dans la sérénité à prendre son poste de Sous Préfet de la Creuse, tel qu’il en a exprimé le souhait dès dimanche auprès de notre bien-aimé Président qui souhaitait sans tarder le voir le premier remercier de la longue amitié qui unit les deux hommes.

19:04 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les aventures de la France : Bref ...

Un détail de l’histoire.

 

            J’ai écouté avec attention hier soir le petit Président de la République et prends acte d’un souci qui l’honore de se présenter désormais comme le défenseur des minorités oppressées. Les « Golden parachute » à six millions d’Euros respirent un peu mieux depuis dimanche.

12:43 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |