19/06/2007

Les aventures de la France : Y'a pas photo !

Ultime préparation avant la coupe du monde 520

Y'a pas photo !

 

Je ne puis concevoir un instant que Gérard Lefort, le vénérable des pages « Cul » de Libé puisse arrêter cette semaine son choix sur une autre photo que celle-ci, parue ce matin dans le quotidien failli de la gauche « Tapas », pour alimenter son ( savoureux ) billet hebdomadaire.

            Moi-même, pourtant hétéro comme peu de bœufs, je me déclare touché par le charme et l’élégance qui, quelquefois, au détour de ce que tu voudras qui vaille le détour, viens te rafraîchir l’œil comme la buée sitôt flétrie par la pesanteur du doigt morfale. Ainsi je reste sans voix mais pas sans mots devant l’élégance aristocratique de ce jeune gandin d’huissier, suprêmement chic ( Notez le simple galon sur la manche qui soupire au gilet sans avoir l’air d’y toucher )

            Il est grand, il porte beau, j’ignore s’il sent bon le sable chaud ou l’after-shave, mais on se plaît à imaginer que ce jeune gaillard veille jusqu’à l’impression olfactive qu’il abandonne dans le sillage des illustres qui le suivent, mais pas comme le grand squale pélagique suit le poisson « Pilote » par exemple. Le requin ne suit pas plus le petit crevard que tu ne suis les conseils de ton cardio, passées les 5 semaines de terreur pure qui ont suivi la consultation, je veux dire. Faut pas gober toutes les conneries en prêt à penser que l’on essaye de te faire brouter, tu sais ?

            Bon, j’en étais ou, moi ? …         

            Oui, le gilet rouge …

            On imagine la vieille toupie, le cœur en berne ( A dette ? )  de devoir restituer pareil bibelot au « Mobilier national , tandis que Cécilia, ravie de la bonne fortune de découvrir au hasard d’une huisserie par mégarde entr’ouverte, ce petit lot de consolation, décide à tout prendre d’adopter la crèche et ces manières m’a tu vus, si révérée par le petit frisé derrière sa vitre. A moins que ces dames ne se refilent la bonne affaire comme les coordonnées d’un étalon dont le pedigree justifie une breloque contre un galop d’essai ? Ca expliquerait les dorures comme autant de médailles dont les mamans olympiques gratifieraient ce corps d’élite.

            En fait, je ne suis même pas sûr que le gaillard soit effectivement huissier ou simple deuxième pompe du bataillon d’esclaves qui doit marner ici. Je ne suis pas trop au courrant des us de la boutique. Certes, j’ai bien été convié au goûter du 14 juillet, une fois, comme tout le monde, mais ce jour-là, ma mère, crevée de jalousie, m’avait fait jurer de ramener un doggy-bag avec « De tout » dedans. En plus, elle tenait mort de ses os à la pièce montée, la vieille. Tu imagines le cirque avec mon sac « Shopi » dissimulé sous mon « Gabardine » crème. Ce travail ! Enfin, heureusement, maman est morte depuis ! Je peux sortir la tête haute, maintenant.

            Evidemment, pour l’heure et en revenir à la photo, la comparaison avec le Président est pas « Cadeau » Le petit, du coup, on dirait un cornichon frisé en rupture de bocal. C’est l’AUTRE, le beau gosse, qui à l’air d’être Roi.

            Vraiment bizarre, comme impression, quand on y gamberge, non ?

            A part ça, le Président à un geste ambigu pour son ex ( Ministre ) La poignée de main dit autant « Lâche-moi la grappe » que « Mon pauv’coco » et l’autre main à l’épaule égrène  le chaleureux copinage de chambrée comme le plus réfrigérant « C’est par ici la sortie »

Jupé ressemble aux Dupont qui s’en seraient pris un coup sur la coloquinte. Je dirais même plus : Jupé ressemble aux Dupont qui s’en seraient pris un coup sur la coloquinte.

Les pauvres gens.

 

Pépère

 

16:27 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.