12/06/2007

Les aventures de la France : Colère

Mamy Karaté copie

En hommage à la « Métamorphose des cloportes » Dialogue de M. Audiard

 

            Colère froide

 

            Vé-Nère !

            Sur ce document publié ce matin par un organe bientôt prélevé de la gauche « Tapas », l’ex cheftaine en chef de l’armée rouge de libération de la rue de Solferino a accompli ses ablutions rituelles et revêtu son kimono afin d’aller sans tarder péter la gueule à François Hollande, Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius, Arnaud Montebourg, Martine Aubry, Lionel Jospin, Jean-Marie le Pen, Marine Le Pen, François Bayrou, Julien Dray, François Fillon, Alain Juppé, Jean-Louis Borlo, Claude Guéan, Michèle Alliot-Marie, Bernard Kouchner, Rachida Dati, Brice Hortefeux, Valérie Pécresse, Roselyne Bachelot, Nicolas Sarkozy, Eric Besson et aux quarante quatre millions cinq cent trente cinq milles électeurs NULS qui ont COMPLETEMENT merdé dimanche !

            C’est que, si au soir des présidentielles, Miss « Commissions impossibles » pavoisait avec ce sourire béat qui manque cruellement aux dindes pour illuminer les tablées festives, c’est que nous étions victimes d’une réciproque incompréhension.

            Nous, de voir la candidate raplapla, lessivée pour incompétence vibrante d’émotions en prêt à chialer incompatible avec les haines recuites mal dissimulées sous le rideau de circonstance destiné à couvrir l’isoloir. Encore cheftaine envers et contre tous d’un parti dont le dernier « Honneur » ne consiste plus qu’à exister « A vide » comme ces riches agonisants cherchant un dernier souffle au prix d’une indifférence souveraine à ce que l’air qu’il nous pompe peut encore coûter à la collectivité des vivants ordinaires qui ne sauraient avoir les moyens de ces luxes.

            Car ELLE, il y a deux semaines, de se juger GRAND VAINQUEUR de ces élections présidentielles, deuxième tour

            Qu’on apprécie la naïveté de la dame que je vois poindre d’ici sous ses airs matamores de donneuse de leçons de catéchisme :

            « J’ai fédéré la gauche contre sa propre volonté, oui monsieur, j’ai fait ça », s’imaginait naïvement maman. « Rien à battre des « présidentielles 2007 », qui, soit dit entre nous et comme le confirmait de longue date les RG, étaient acquises à « Qui vous savez » Maintenant, celui-là à cinq ans, dix à tout péter dans les quartiers, pour se faire copieusement haïr par l’immense majorité des Français toutes tendances confondues, qui pour cause de promesses mal (entre)tenues, qui pour cause de déception, qui pour cause d’usure normale etc.

            les Français ADORENT les politiques qui ne foutent rien. C’est connu.

            En attendant, donc, qui sait maintenant qui prépare « Par ici la bonne soupe » en toute quiétude ? C’est Bibi ! Et ça va être HYPER COOL ! Me v’là assise sur la région Poitou Charente, indéboulonnable, ch’te raconte pas ! ch’uis une VEDETTE, maintenant ! A nous les « Sancerre », les « Chabichou » et le TGV pataugeant le marais poitevin !

            Attend ! Attend ! Y’a pas que ! …

            Le temps de gerber mon Jules, et me voici assise sur le PS AUSSI. Bon, on va pas dire, la boutique est un peu niquée, mais si tu vas par là, François Mitterrand n’a pas trouvé le congrès d’Epinay nickel tout bien. C’est pas pour me vanter, mais je suis PLUS BALAISE QUE LUI, mine de rien … C’est Nicolas qui se sera croqué les grands méchants loups de l’extrême droite, et j’ai même pas le Parti communiste à finir à coups de talons dans la faucille. Y z’ont fait ça tout seul, les cocos. Et c’est pas le postier qui va me mettre le Bronx. Eh ! « L’extrême gauche est extrêmement gauche » ! Elle est pas chiée, celle-là ! ? Faut que je la note. Je la resservirai à Poivre. Non, ch’uis conne ! En 2012, y sera mortibus.

            Tu sais quoi ? Je devrais me mettre en ménage avec la fille Pingeot ! ca ferait jeune, ça ! …

EH ! Je SUIS jeune ! Politiquement, je veux dire … Putain de moi ! Tu sais que je m’aimes ? … Ouais, ça va être TRES doux, l’opposition … Des ITV par milliers, des portraits, des Canal +, des rencontres avec les dirigeants des partis « frères » … Très doux, ch’te dis … »

Tu vois le malentendu ?

Evidemment, on est à des pointeuses du prolo de base débarqué de son usine pour cause diverses avec un revolver et une balle en guise d’indemnités, qui attend que dalle du politique depuis ouh la la, puisque même lui a compris la gâche qu’il énonce d’une voix atone qui filerait envie de chialer à l’expert comptable d’un fond commun de pension quand la caméra du « 20 heure » vient le cueillir devant les bâtiments fermés de son entreprise partie produire sous des cieux aux charges sociales encore vierges.

Toujours la même banboche : infiniment moins de choses séparent Nick Sarko,Nick Hulot, François Bébé ou Ségo que ceux-là du prolo qui s’engouffre tous les matins dans les « transports » avec la hantise de se voir débarquer du train un de ces matins sombres dont les banlieues ont le secret.

Bon, c’est pas neuf.

            Ce qui est neuf, c’est la tronche de mémère froidement douchée dimanche par la conjonction d’électeurs désenchantés et d’éléphants, le contraire.

            Ah pu, PS !!! Fini le joujou genre Play Station rose praline dans le bide de Strauss-Kahn ! … Certes, le métro la guette encore pas, ch’te rassure, mais les rêves hégémoniques et présidentielles s’effilochent au gré de l’indifférence à peine poli de l’électorat qui ne se sent pas un « Devoir » de soutenir la gauche, qu’on ne voit pas bien ce que cela change A PART POUR LES DEPUTES concernés qui ne seront pas dans la charrette des élus et pour les mouvements politiques qui les emploient d’avoir une minorité de 130 ou de 190 députés. On se dit aussi que bon, l’autre « Joggeur » est définitivement agité et nouveau riche, certes, mais qu’il faut lui donner quitus d’avoir au moins l’air d’essayer de faire quelque chose de plus grisant que des commissions consultatives. On se dit encore que tant qu’à faire, autant largement donner au petit Nicolas les moyens de se planter et l’obligation d’en assumer en conséquence la pleine et indiscutable responsabilité ou, en cas de succès, d’en partager les bénéfices AVEC NOUS comme il s’y est engagé. Le Nicolas trimballe a priori des trucs pas sympa, c’est entendu ( Je le soupçonne de plus en plus de ne pas être intelligent. Sans déconner. Energique, futé, madré, si tu veux, vicelard, bosseur, mais pas très intelligent. Bon, je peux me gourer. Et d’ailleurs, on peut vivre sans. Enfin, pas moi, mais toi, si ) mais faut-il rappeler qu’on a vu la très antipathique madame Thatcher remettre après tout une Angleterre exsangue sur le chemin de la prospérité ?

            Wait and see, comme on dit là-bas. Y’a pas le feu au lac ni la nécéssité de tout démolir avant d’avoir vu la bicoque sortir d’eau même si le plan n’est pas exactement à notre goût.

            En attendant, Ségolène, douchée, réveillée, vé-nère !

            Colère, même.

            Froide, sifflante, révélatrice ( maladroite en plus, en télé face à Pujadas. A la télé, effet de loupe garanti, faut JAMAIS se foutre en rogne ) la même colère que celle qui l’animait face à la petite militante hardie. La même que face aux journalistes qui se permettent de se permettre … Et le soir des élections ! Putain de rage !

Scotchée d’amertume, mémère. Se retenant au pupitre de ses jointures blanches de rogne d’incendier ce sombre connard d’électeur qui n’a encore RIEN compris.

Sales cons !

            Vous m’avez fait ça, A MOI ! Comme à une vieille guimauve de Jospin ! Vous voyez pas que vous êtes entrain de me mettre dans la même merde que vous, là !!!

VOUS LE VOYEZ PAS, CA !!! ???

Bandes de cons, va !

Vous savez quoi ? Vous me méritez pas

Allez, tout le monde sur le tapis. Y’aura pas d’excuses.

Julien, va me chercher mon kimono. Je vais leur niquer leur mère, à ces cons-là !!!

Je me demande s’il avait pas (Un peu ) raison, au fond, le petit Nicolas : Elle perd son sang-froid, maman.

 

 

Pépère.

17:42 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.