23/04/2007

Les aventures de la France ( Suite )

Est-ce parti pour le Parti d’une partie des parties ?

La réponse dans le délai imparti, si tu veux bien

 

Bon.

 

T’es d’abord présupposé adhérer non aux parties, je t’en prie, mais à la lassitude désenchantée suscitée par les petites bisbilles sans surprise des vieux de la vielle ( Et même aujourd’hui de la veille ) Nous en sommes à l’épisode convenu d’entre deux tours ( Tu sais, celui ou y’a les commentaires essoufflés faute d’arguments et le débat en kit avec trois, quatre vannes pas maladroites écrites exprès pour par des cadors à plume. C’est çui qui place celle qui tue qui gagne, en principe ) Le petit candidat se la joue adroitement modeste pour ne pas se prendre les panards dans son cordon tricolore pour la photo tandis que Miss Poitou légèrement assaisonné par le verdict impitoyable de la calculette ( Voyons … 3 X rien plus Voynet … Je pose mon UDF et je retiens la leçon ? ) bafouille dans la nuit et en tailleur blanc ( Ravissant ! ) sans même se révéler foutue d’insuffler une émotion à l’histoire. Un comble !

On sent que ça repart comme en 1969, 1974, 1981, 1988, 1995, 2002 pour ne citer que les plus bouchonnées. Le chômage qui ne chôme pas, les entreprises qui s’évacuent, la sécu qui tousse sèchement, les retraites qui se replient, les banlieues grises de gris, le pouvoir de pas d’achats, les entrepreneurs qu’on emmerde, les grands patrons qu’on emmerde pas et surtout cette putain de chape triste, cafarde, triste, triste, triste, qui déjà, commence à retomber sur les commentaires sportifs des deux indéboulonnables tribus ( Cow boy de gauche et indiens de droite ) qui se retrouvent entre deux siestes sur les bancs de l’assemblée à la cantine des Invalides ou sur les banquettes de Lipp pour rigoler entre gens sérieux autour d’une blanquette et dire des méchancetés des collègues avant d’en mettre d’autres, pas dites, en pratique. 

Droite, gauche, certainement pas EXACTEMENT même combat, si tu veux. Mais même ambitions en forme de vœux pieux cent fois inexaucés, même rhétorique usée à la corde à tête de noeud, mêmes arguments et contre arguments rabattus mieux qu’une porte de water, même ennui solide et ronronnant avec en guise de guirlande la journée de ceci et la grande action nationale de cela supposés nous rebecqueter le moral avec des formules à deux balles emprunté au vocabulaire des dames de charité.

On va se (re)faire chier, JE LE CROIS PAS …

Bon, droite, gauche, l’affaire est (mal)entendue.

Qu’est-ce qui reste en dehors du plafond à gober les mouches ?

Le centre, ch’te le fais pas dire.

Ecoute, on va éviter les sujets qui fâchent et faire l’impasse sur un passé pas trop poilant : le ventre mou, l’incapacité à …, l’absence de …Laisse béton.

Le centre, c’est le seul endroit ou l’on puisse envisager de réunir les gens de bonne volonté de tous bords. C’est TRES difficile, ok, ça se fait pas OK mais … On va, tu sais quoi, NOUS accorder un peu de crédit ( Et au petit père François, par le fait ) et IMAGINER. Un GRAND parti d’union nationale au centre.

Malgré les 18 % ? malgré le reste ? Malgré tout ?

Malgré.

Pas facile.

Oui, mais tu veux, quand même ? Essayer !!! ??  Alleeeeeeeeeeez ! ? Ouiiiiiiiiiiiii !

C’est parti.

C’est dans l’ORIGINALITE CONSTITUTIVE de qui le compose que ce nouveau mouvement ( On dit « Mouvement » dans ce milieu-là ) puisera sa force. Ici l’on vient de tous horizons politiques, voir de pas d’horizon du tout, on s’en fout, pour apporter la générosité de la gauche et l’efficacité de la droite si l’on savoure les lieux communs ou le contraire si on a le goût de la provoque. Peut être que ça s’appelle AUTREMENT, cette volonté naïve d’essayer enfin de défaire de la politique un « Métier » ?

Attend …. C’est jamais que d’un parti politique dont tu parles. T’empêcheras JAMAIS les compromis. Les petites embrouilles autour des mandats électifs, les désistements scrofuleux, les règlements de comptes souterrains, le bintz habituel, quoi … D’ailleurs, les législatives ne sont précisément pas loin et ça doit commencer à fouetter. Notre futur petit président compte dessus, espère …

D’accord, on évitera pas à la bête d’être à l’occasion un être humain avec ses faiblesses. Ca nous arrive à tous. Mettons que ce soit là que le petit père François aie l’occasion ces jours-ci ( Conférence de presse mercredi ) de nous montrer ses couilles et de nous donner des gages : Tiens, chiche : Y se dégonfle pas devant le petit et on le suit à fond les ballons. On le fait ?

Allez, François, si tu donne les signes d’un véritable leader de cette troisième force, on fera de toi le premier Président de la république du genre.

Fermez le ban lyrique.

N’empêche … imagine une seconde …

On a REUSSI. Ca s’appelle peut être  « Ensemble » ou va savoir quoi, on s’en fout

En t’épargnant un cour chiant comme droite/gauche sur la proportionnelle, on pause que c’est en tous cas le grand partie du centre qui pèsent de sa palanquée de députés sur CHAQUE décision de l’assemblée nationale et remet en question  la traditionnelle équation merdique de la cinquième : Celui qui a la majorité s’assoit sur le débat démocratique et adopte le texte de loi le plus hurluberlu au gré de ch’t’emmerde. Ca nous éviterait déjà de grincer des ratiches à chaque fois qu’un journaliste annonce avec lassitude « Que le gouvernement verra néanmoins son texte adopté ta-ga-da-tsoin-tsoin puisqu’il dispose de la majorité absolu tagada ) et peut être même quelques conflits inhérents de ceux qui mettent en joie nos voisins étrangers, ce n’est pas l’albatros argenté avec son CPE coincé dans le gésier qui me contredira. A la place du soi-disant contre pouvoir de la presse la moins hardie du monde occidentale, nous aurions là par le fait un VERITABLE 3ème pouvoir et NON UNE SECONDE OPPOSITION dont le rôle serait alors de constituer une majorité législative déterminée au coup par coup en fonction de critères réfléchis. Cette forte ( ?) minorité serait évidemment courtisée par le pouvoir ( Et AUSSI par l’opposition ) et éventuellement représentée au gouvernement sous des conditions qui restent à établir mais qui garantiraient en tous cas formellement cette indépendance farouche indispensable à une participation pas acquise d’avance et pour le coup véritablement constructive.

C’est naïf ? Et ta sœur, elle est naïve ?

La révolution d’octobre aussi, si tu vas par là.

Elle a foirée en définitive.

D’accord, mais zigouiller le Tsar, Gagarine, Les « Who » à la fête de « l’Huma », les missiles de Cuba, les sandwichs « Merguez », le « Parapluie bulgare » …on a bien rigolé. C’est pas Marie Georges Buffet qui me contredira. Elle en a plus les moyens.

Tu vois que c’était pas la peine de s’énerver, en définitive.

 

 

Pépère

 

 

 

 

19:19 Écrit par non mais sans blog dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.