27/04/2006

(pas si) BREF : SOCIALOPES

Le manifestement con des 143 socialopes

   Sans te raconter une vie qui laisse de glace ces abrutis de manchots sur leur banquise, j’ai un ( Tout petit ) peu tâté des bestiaux politiques. J’avais le profil «  Branleur conseilleur » comme tu te doutes qu’il y en traîne de pleines contre-allées.

   Ceci pour t’expliquer sous mon autorité qu’en politique, tu ne crains pas grand-chose d’autre du camp adverse que le jeu ( à peu près ) normal de la démocratie. Vacheries par-ci, calomnies par-là, corbeaux pour tout le monde, rien de méchant, en somme. D’autant que l’adversaire est rendu prudent par la certitude justifiée ( les boites noires et autres merderies ) que l’on dispose des mêmes munitions à son service.

   Non, la vraie crapulerie dégobillatoire, c’est entre membres du même club de cons que l’on se la sert ( on se lacère … Classe, non ? ) Au point  qu’il n’est d’ailleurs pas rare de faire discrètement appelle aux services « d’en face » ( RG, presse d’opposition etc. ), histoire de se garder les mains propres et le bec au sec. Les ennemis d’aujourd’hui peuvent être les copains de demain et va savoir de quoi sera fait l’avenir, toi ?

   Par exemple, t’as entendu parler de « Clearstream » ?         Vaguement ? T’as tord, c’est instructif, mais aujourd’hui, c’est pas le sujet.

   Le sujet, ce sont les enculés de socialistes.

   Hors donc, il s’est trouvé quelque sous-marins rose vicelard au sourire patelin si fielleux que tu t’en colles des filaments plein les bacchantes rien qu’à les regarder saliver leurs petites combines de merde dans le poste, mais dont je préfère taire les noms pour ne pas dire de mal de Jack, Laurent, Dominique et les autres, et là, je te mets un point, mais c’est pour que tu respires.

   Comme dirait la quenelle fossile, j’ai nommé Arlette Chabot ( on dirait un blaze de café théâtre ) «  les Français ont envie de se définir par rapport à un « vrai » programme ta-ta-ti ta-ta-ta faut que j’aille chez le coiffeur, moi … »

Je t’explique et te traduis :

   La popularité de Ségogo, essentiellement dû à un sourire craquant et une bonne paire de nibards inquiète d’autant plus les prostatiques que Strauss-Kahn ( par exemple ) ne se la sent que moyen de tâter du Wonderbra pour solliciter l’électeur jusque dans son slip. Certes, le jeu normal des fédérations, du bureau politique, des alliances avec le « pognon » etc. garantit en principe, tu peux me faire confiance, l’écrasement de la dame comme une punaise avec un sourire poli de déception au moment de la tache sur la moquette ( Z’inquiétez pas, je vais vous rattraper ça en deux coups les gros. J’ai un programme, MOI ), mais ce n’est pas encore assez pour la petite vanité de ces gros cons.

   Sachant que les sondages les font littéralement CHIER DANS LEUR FROC ( Rien à voir avec ce qu’il déclare « officiellement » ) Il a suffi que la petite mère ( Ségo, tu suis là ou quoi ? ) commence à cartonner pour de bons pour que ces messieurs commencent à astiquer les « calibres »

   Bien entendu, pas question d’assumer une dégueulasserie de plus devant tout le monde ( les cochons d’électeurs ) D’où l’idée de chercher l’idée ! Le premier dit « Faut pas que ça ait l’air de venir de nous » Le second dit « l’idéal, ce serait que ça vienne carrément des meufs » le troisième dit « Là, ça aurait l’air hyper crédible, et puis alors, on pourrait pas faire le rapprochement ! » Le deuxième dit « Sauf pour le travelo. Ca fait une ambiguïté » Le premier dit « Tu compliques » Le Troisième dit « Mais vous parlez de qui, là ? Le premier dit « T’occupes, François. Au fait, ça va, ta femme ? »

   Au parti socialiste, c’est ce que l’on appelle « Les courants », mais ça pompe tellement l’air que tu peux appeler ça les « Courants d’air »

   Il s’est donc trouvé 143 socialopes assez j’aime mieux me taire pour relayer ses bassesses maladroitement habillées du crime de « lèse médiatique » pour ne pas dire « populaire » Imagine-toi des enculés distingués prêt à tailler une pipe au quatrième sous assistant vérolé du plateau de télé le plus naze de la chaîne la plus perdue d’un satellite de contrebande dans l’espoir d’une « fenêtre en plus » pour inscrire leur tronche tant rabâchée. lmagine-toi Lionel Jospin, suffisant, insuffisant jusqu’au vertige, candidat, toujours prêt, jamais puni, jamais viré, comme TOUS, comme chacun, adoubé d’office par la presse de vieux cons qui mange aux même gamelles depuis le départ de la regrettée division « Das Reich » Imagine-toi ces salopards-là poussant aux fesses un troupeau bêlant de femmes, je m’en voudrais de leur manquer de courtoisie, dont j’aime à espérer que l’essentiel au moins croit réellement servir une cause, voir celle des femmes, en déclarant sans se pisser dans les jupes qu’une FEMME PLUS POPULAIRE QUE CES CONNARDS, ça ne se peut pas. C’est pas admissible. C’est « Politiquement » je ne sais foutre quoi ! ?

   Putain de nos mères, nos femmes, nos amantes …

   IMAGINE-TOI, BORDEL !!!

  Gageons que Ségogo définitivement remisée dans ses deux vases de Sèvres, « Ils » sauront nous trouver en temps et heure quelques solides mémères aussi avenantes et dangereuses qu’Arlette ( 49 ans de « Présidentielles » sauf erreur ou omissions de ma part. Certes, Alain Souchon, elle est « Honnête » N’empêche, on ne sait plus si c’est de la constance ou de l’inconsistance )  pour servir de faire valoir à leur bite molle. Gageons aussi que les plus dégourdies des « 143 » vont se retrouver à quelques postes enviables quand bien même les socialistes se la mettraient au cul en mai 2007.

Tiens, tu sais quoi ? Je vais boire un coup.

 

17:03 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.