24/04/2006

Tcherno coco, vingt ans SUITE

Sur ce document qui rappelle de manière saisissante que l’on peut parfaitement être rédacteur technique dans un illustré de gauche et bête comme ses pieds, on voit bien que bon.

De vous à moi, je suis un peu déçu. Le plus intéressant monument de la région est un très important sarcophage fissuré d’époque « Faut qu’ça pétov ou que ça dise pourquoiski » que Igor, notre guide fluorescent rechigne à nous faire visiter sous prétexte qu’on n’y vend guère que des « Cancers » souvenirs et qu’en ce qui le concerne, il a déjà de la tyroïde avariée plein sa famille, merci bien.

Slavutich est la plus importante agglomération du coin et évoque un peu Florence mais pas énormément. Le Slavutichien est radieux, irradié des parties et radié du parti et en plus, il n’a pas un radis, et c’est triste d’avoir autant de fans et pas un radis, et celle-là, je ne pensais pas au départ que j’arriverais à la placer. La slavutichienne est en tous cas comme son nom l’indique, une salope de cancéreuse qui ne pense qu’à te refiler ses maladies en échange de devises. Français comme je vous hume, vous allez me dire : Et la bouffe ?

Je vous répondrai « Ils ont fait des progrès »

La spécialité locale est le « Pouletski mutanski » qui ressemble de manière étonnante à notre chiken Mac nuggets en moins laid. Ca se sert avec les doigts du cuisinier qu’ils font revenir de Sibérie et qui à intérêt à avoir la frite devant les « Amis étrangers » ce qui fait que c’est très nourrissant et très sain. Peut être pas très, TRES sain, mais entre nous, tu crois que c’est avec des « Quatre fromages » que tu vas te dégonfler le comptoir à hémiplégies ?

Au point de vue de l’artisanat locale, on peut éventuellement en ramener un rhume assez bizarre, mais il faut alors y aller à la belle saison ce qui est rendu difficile par le fait que, comme le souligne le nain hydrocéphale du syndicat du tourisme : A Tchernobyl, y’a plus de saisons.

Un dernier détail si tu m’aimes au point de me suivre : A Tchernobyl, il vaut mieux éviter les champignons.

Allez, cet été, on a prévu d’aller tousser en Chine avec les enfants. On vous racontera.

A bientôt.

18:32 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.