12/04/2006

12 avril Bref !

Notre cause qui êtes z’aux cieux

Depuis que Mario Puzzo nous a infligé « Le parrain » ( 1973, à la louche : me chie pas les dates, ça m’énerve. Tu vas te prendre un coup de calibre ) Reste plus un « Cave » pour ignorer que  « Capo di tutti capi » désigne le Président directeur général en exercice de la Mafia.

Avec une originalité de plume qui ne déparerait pas le cul d’une poule aux œufs d’or, les journalistes nous ont familiarisés avec Cosa nostra, la main noir, la Camorra napolitaine, la N’d machinchouette  calabraise ( J’ai oublié le blaze ), dont on sera bienvenu de préciser qu’elle est péquenaude et sanguinaire, le cartel de mes deux quoi, au fait ? A Marseille, la disparition du caïd à laisser la porte ouverte à un nouveau banditisme plus sanglant dans le cadre d’une nouvelle guerre des gangs pour le contrôle des nouvelles filières d’approvisionnement. Les soldats sont abattus et chaque matin, on compte les mort dans le caniveau. La police impuissante compte les points …

Arrêtez, ou je tire !

Bon, un spaghetti pépé disparu depuis la guerre d’Algérie se fait serrer. C’est le big chief des meuchants, avec à sa pogne un tas de pépettes à retapisser ton F3, et il resterait des rouleaux pour le petit coin (100 milliards de dollars par ci ta-ga-da-ga-ta-tchi, 100 milliards de dollars par là ta-ga-da-ga-ta-tcha ! ) et, tu te doutes, un paquet de maccabes au bout de son long bras occulte, car ce monde-là à le bras occulte, c’est anatomique.

A part ça, vivant depuis quarante ans ( QUARANTE ans ! ) une vie de merde comme peu d’autres rats d’égouts eussent accepter de s’en fader à sa place avec en prime et à vérifier un cancer de la prostate pour finir peinard en chou-fleur béchamel ! A te dégoûter des joies de s’amianter peinard les branchies dans un fleuron de l’industrie métallurgiste avec de quoi regarder passer les options « cuir » en attendant le chômage. 

La vie, tu sais, des fois, on se demande si on serait pas mieux ailleurs. Et puis non, finalement. Et puis si … Et puis non, je t’assure.

 

 

 

18:31 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.