31/03/2006

31 mars La COUVE aux OEUFS FRAIS

Salon des armées d'âgés
"cocotte blues"
Et mon CPE, c'est du poulet ! ?
 
A l’occasion du salon des Arts ménagers, Tournus présente cette « Blue cocotte » révolutionnaire, modèle semi sphérique plus précisément destiné aux poulets de batterie mais capable néanmoins de vous foutre une pression de tous les diables sur les perdreaux de l’année à prétention déstabilisatrice d’albatros argenté marinant dans son jus béat comme un quoi, oui, comme un quoi, au fait. On se le demande. 
 

12:43 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/03/2006

29 mars 2006 LA COUVE aux OEUFS FRAIS

CHAUD, CHAUD, CACAO
Au quatrième top, il sera va savoir quoi ?

De notre correspondant auprès du conseil constitutionnel auquel je fous deux « n » à tout hasard parce qu’il le vaut bien cette dépêche, putain, ça va refroidir…

            « On attend d’une minute à l’autre la décision des sages. Précisons à l’usage des plus bornés qu’il est d’usage de dire les « Sages » en parlant des croûtons du conseils « constit » pour deux raisons : La première est qu’ils détestent qu’on les appelle « Les singes », la seconde est destinée à ne pas les confondre avec les « pas sages », la troisième est que le commentateur « vas-y, coco » tient à préserver l’originalité ébouriffante de son « speak » à l’heure ou nous mettons sous presse une crise sans précédant secoue la situation historique, la quatrième, je m’en rappelle pu.

            Même un UMP en carte comprendra au regard de ce document saisissant que rien n’est joué à l’heure ou ta-ta-ti-tout-bien. La France est suspendue mais pas par les couilles, s’il vous plaît, chuuuut. De mon côté, je ne cache pas que j’ai trouvé au marché ce matin les premiers petits pois et les dernières Saint Jacques que j’envisage de faire copuler ce soir in perfect harmony, bien que je répugne en général à citer les nègres aveugles. Quoiqu’il en fût, subjonctif pas dégueu, la recette comme si je vous aimais d’amour bientôt dans « Je cuisine et je t’emmerde » dont vous devriez trouver le lien ici même en cherchant un peu.

            Cherche mieux, fainéant, tu m’mérites pas.

 
 
 

15:28 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/03/2006

29 mars 2006 La COUVE aux FRAIS

MON PREMIER est un MINISTRE
 

Je m’escuse, une « manif », ça veut RIEN dire ! … J’te ferai dire !

Une autre manif, c’est ben la preuve que la première voulait rien dire !

Une troisième manif, c’est pas pour dire,

mais Y se trouvent quand même mieux dehors que dedans, non ?

Une quatrième manif, veux-tu que je te dise ?

 ’En est rien à poèter !
 

     Pisque mon albatros argenté, Y vous dit qu’il veut POINT ! C’est quand même un MONDE, ça ! Vous êtes LOURDS, à la fin !!! C’est vrai, quoi …

     Vient mon Dodo … Si ça trouve, je suis sûr que t’as même pas goûter ! … Oui, ben c’est pas avec le ventre vide qu’on va faire le ministre, imagine-toi ! Qu’est-ce que tu crois ? Demande à m’sieur Raffarin si y allait faire des lois sans avoir pris son « Quatre heure », lui ? !!

Ah ! Tu vois ?  
 

15:58 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/03/2006

28 MARS La COUVE aux OEUFS FRAIS

EXCLUSIF !!!

Je sais pas ce que j'ai à m'énerver comme ça, moi ?

 

     De notre envoyée spéciale Marine J’accepteaussileschèques, ce document exclusif ou l’on peut découvrir à l’occasion d’une réunion de cabinet un des plus chauds tenants du C.P.E. en pleine séance de travail tandis que les rapports des R.G. en provenance des sept coins de l’hexagone crépitent dans la cheminée.

    Cet effort intense n’aura pas été vain, puisque nous en sommes en mesure de révéler que le gouvernement s’achemine dès à présent vers une solution visant à satisfaire les casse-couilles, syndicats de mes deux, petits branleurs et un mot mais un beau TOUT le monde il est content ! …

    Il suffira en effet durant la fameuse période probatoire de deux ans ou un chef d’entreprise peut légitiment toucher les fesses d’une petite vicieuse ou éjecter un Zinédine Abdelaziz pour le plaisir de voir un arabe prendre la tangente, de CONTINUER POUR L’ENTREPRISE DE VERSER L’INTEGRALITE DU SALAIRE APRES LE LICENCIEMENT. Il semble en effet que les jeunes soient au fond moins attachés à l’emploi proprement dit qu’au salaire qui en découle.

    Reste évidemment à établir les modalités de cette « retouche » Un membre de l’UNEF qui préfère garder ses baskets nous indique que le syndicat étudiant entend exigeant le versement de cette compensation jusqu’à la retraite, mais pas au-delà du crématorium, tandis que la nénette du Medef dont tout le monde oublie le nom depuis que le baron s’est cassé préférerait une bonne guerre.

 

17:21 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28 MARS 2005 TéLé t’es LAIDE

La culture du vioque

Télé, réalité : même combat

 

        Hier soir on s’est farci un Bernard du même nom sous les traits criant de vérité, c'est-à-dire aussi chiant que l’original, du général De Gaulle, un mec qui fit parler de lui. C’est Chonchon qui a insisté à sa manière sournoise de me dire « on regarde ce que tu veux » en me laissant culpabiliser comme une bête malade à l’idée de la priver de cette tranche d’histoire sauce machin. Je me suis laissé piéger par les duettistes ( Libé et Télératmort ) qui, rappelons-le, regarde la télé en projection à l’heure ou tu te fais appeler « Raoul » par ton chef de rayon, tandis qu’aux heures ou t’essayes d’oublier ta misère, ce beau linge glande là ou tu as promis à ta meuf de l’emmener quand tu seras un homme.

Ca fait une putain de différence.

Bref, c’était chiant, indescriptible. Pour les grabataires et assimilés dont je m’honore d’être, rappelons que De Gaulle, un jour en juin, la constite de 56, l’Algérie avec de vrais morceaux entiers de tragédie déchirante dedans, mai 68 ou papy est déjà séverement perché, l’anecdote en Allemagne, voilà, t’as fait le tour, tu veux un dessert ? Note qu’on peut aimer, sauf Jacques Chirac, bien sûr, qui n’a plus à démontré qu’il y’a rien eu de vraiment stupéfiant avant J.C.

     Manque de pot, le réal dont tu te fous du blaze autant que moi a choisi de ne rien t’épargner de la période «  solide glandage » ou notre Charlie n’a pas foutu grand-chose sinon à ramer pour récupérer le pouvoir comme un Sarkozy d’intérieur, mais en plus grand. Défile la liste des blaireaux dit ( à l’intention des jeunes ) « gaullistes historiques «  dont on retiendra pour l’essentiel un certain André Machin dont la condition humaine ne laisse pas trop à désirer.

       En fait, de hardiesse, on attend toujours un sujet fictionnelle ( et pétillant : espère Gégène ! ) sur, je dis par exemple  la baston Villepin, Sarkozy, la rage des staliniens audiovisuels à pas démarrer de leur « fenêtre »  ou sur le racisme antisémitisme homopédalique féminophobique  ordinaire des flics, des mômes et, à n’en pas douter, de nous tous.

J’ai dit : par exemple.

En attendant, ce soir : De Gaulle, match retour.

Comme dirait Pujadas : ça va décoiffer !  

 

10:01 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/03/2006

27 MARS 2006 LA COUVE AUX OEUFS FRAIS

C.P.E.
Le climat se durcit, et d’ailleurs moi aussi

12:31 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/03/2006

DIMANCHE 26 MARS LA COUV aux OEUFS FRAIS

LA SOLITUDE POIGNANTE
DU COURREUR SUR LE HARICOT DE FOND
       Tandis qu’les p’tits voyous se congratulent à coups de téléphone portable dans la gueule, le Premier ministre de la France, avec une chiée de majuscules et des grâces de Héron cendré au bord du claquement de bec se résout à la tombée du jour à regagner le nid ou l’attend le nom du Père pour y voler dans les plumes … C’est le crépuscule. Le chasseur regagne sa caisse tandis que son Braque à poils à facettes tournicote une dernière fois dans la lueur des phares comme la luciole dans celle  de la lampe de la chambre à coucher, celle qu’on à acheté A Auchan, mais qui fait vachement bien, n’empêche … Ferme la fenêtre y commence à y’avoir des moustiques.

16:44 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |