28/03/2006

28 MARS 2005 TéLé t’es LAIDE

La culture du vioque

Télé, réalité : même combat

 

        Hier soir on s’est farci un Bernard du même nom sous les traits criant de vérité, c'est-à-dire aussi chiant que l’original, du général De Gaulle, un mec qui fit parler de lui. C’est Chonchon qui a insisté à sa manière sournoise de me dire « on regarde ce que tu veux » en me laissant culpabiliser comme une bête malade à l’idée de la priver de cette tranche d’histoire sauce machin. Je me suis laissé piéger par les duettistes ( Libé et Télératmort ) qui, rappelons-le, regarde la télé en projection à l’heure ou tu te fais appeler « Raoul » par ton chef de rayon, tandis qu’aux heures ou t’essayes d’oublier ta misère, ce beau linge glande là ou tu as promis à ta meuf de l’emmener quand tu seras un homme.

Ca fait une putain de différence.

Bref, c’était chiant, indescriptible. Pour les grabataires et assimilés dont je m’honore d’être, rappelons que De Gaulle, un jour en juin, la constite de 56, l’Algérie avec de vrais morceaux entiers de tragédie déchirante dedans, mai 68 ou papy est déjà séverement perché, l’anecdote en Allemagne, voilà, t’as fait le tour, tu veux un dessert ? Note qu’on peut aimer, sauf Jacques Chirac, bien sûr, qui n’a plus à démontré qu’il y’a rien eu de vraiment stupéfiant avant J.C.

     Manque de pot, le réal dont tu te fous du blaze autant que moi a choisi de ne rien t’épargner de la période «  solide glandage » ou notre Charlie n’a pas foutu grand-chose sinon à ramer pour récupérer le pouvoir comme un Sarkozy d’intérieur, mais en plus grand. Défile la liste des blaireaux dit ( à l’intention des jeunes ) « gaullistes historiques «  dont on retiendra pour l’essentiel un certain André Machin dont la condition humaine ne laisse pas trop à désirer.

       En fait, de hardiesse, on attend toujours un sujet fictionnelle ( et pétillant : espère Gégène ! ) sur, je dis par exemple  la baston Villepin, Sarkozy, la rage des staliniens audiovisuels à pas démarrer de leur « fenêtre »  ou sur le racisme antisémitisme homopédalique féminophobique  ordinaire des flics, des mômes et, à n’en pas douter, de nous tous.

J’ai dit : par exemple.

En attendant, ce soir : De Gaulle, match retour.

Comme dirait Pujadas : ça va décoiffer !  

 

10:01 Écrit par non mais sans blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.